Révolution tranquille franco-albertaine

Dans les années 1960, le Canada français affirme un programme politique d’autonomie dans la politique, l’économie et la culture. Le Québec en particulier affirme une vision nationaliste interne à sa province sous le slogan “Maitres chez nous”. Le gouvernement fédéral réagit en lançant une Commission sur le bilinguisme et le biculturalisme afin de faire enquête sur les relations entre les deux grandes langues publiques canadiennes: l’anglais et le français. En Alberta, un nouveau vent souffle en éducation et dans la vie politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *